Music

mercredi 19 juin 2013

LA GIFLE

Bonjour à tous,

Ces derniers jours un sujet, qui me tiens à cœur depuis plusieurs années, mais dont on avait cessé de parler, est revenu sur le devant de la scène. La fameuse claque ou fessée que l'on donne à un enfant.

Ce sujet m'a toujours mit en colère.

Au travers des siècles, notre façon d'éduquer les enfants à de plus en plus changé. Nous nous sommes amolli, soyons clair. j'en veux pour preuve la violence de nos enfants qui ne cesse de croitre.
Alors bien sur, l'opinion public s'insurge face à cette recrudescence de violence juvénile, mais ce ne sont que des mots.
Dès qu'il faut passer à l'acte, bizarrement il n'y à plus personne, plus une voix ne s'élève. Et quand mieux même, lorsque quelqu'un tente de durcir le ton, lorsque quelqu'un tente de serrer la vis et essaye de restaurer un semblant d'éducation et de savoir vivre dans la tête de nos enfants d'aujourd'hui, on voit s'élevé une indignation encore plus forte. Il est clair aujourd'hui qu'il faut avoir des pensées pures et non violentes, quitte à se défaire totalement de notre propre rôle de parents et d'éducateur de la vie.
Mais admettons que ce soit dans l'air du temps (vous voyez que par moment je peux faire preuve de mesure), de quel droit aujourd'hui, vient on nous dire de quelle façon nous devons éduquer nos enfants?
De quel droit vient on culpabiliser les parents qui , comme tout à chacun, mette de temps à autre une fessée (de colère ou de peur d'ailleurs, car il m'est arrivé de donner une fessée a ma fille qui courrait droit vers la route, sans s'arrêter, sans m'écouter) ?
Et enfin, de quel droit , vient on comparer ces même parents, à ceux qui réellement maltraitent leur enfants ?

Doit on mettre tout ce joli monde dans le même panier ? Mon opinion est que non, ce n'est pas concevable.

Il y a plusieurs années de cela, à l'époque de nos propre parents, ou même de nos grand parents, l'éducation était bien plus stricte et musclée qu'aujourd'hui, et pour autant, il ne me semble pas que cela est engendré une génération de dépressifs souffrant, et désireux de rendre leur monnaie de leur pièce à ces parents, qui de temps à autre, leur mettaient une fessée ou une gifle. (soyons d'accord je fais tout de même la distinction entre la gifle et la fessée).

Mon avis est qu'il faut, d'une part cesser de s'immiscer dans la vie privée des gens, stopper ces intrusions, bref clairement arrêter toute ces conneries pseudo bien pensant emmenant de personnes qui n'ont rien d'autre à faire et qui voudraient absolument que le monde soit un havre de paix, le monde des bisounours en somme.
Il faut, je penses avoir le courage d'éduquer tout simplement nos enfants, avec la fermeté et l'amour que doivent avoir un père ou une mère, sinon c'est la descente assurée vers une génération d'enfants roi, qui n'auront plus aucun respects pour qui que ce soit. (ne serait ce pas déjà le cas ?)

Honnêtement , lorsque j'étais enfant, si je n'avait pas eu une bonne fessée quand, a 14 ans, je partais au volant de la voiture de mes parents, si on était venu me parler en disant juste, tout mièvrement, "c'est pas bien, t'aura plus de chocolat", je penses que le lendemain j'aurais repris la voiture, sans me soucier d'être inquiété.
Et c'est ce qui se passe en ce moment, on nous met tellement de barrières, on tente de tellement culpabiliser les parents (du moins ceux que essayes d'élever au mieux leurs enfants, et dieu sais qu'il y en à de moins en moins), que nous courrons à la catastrophe générationnelle.

Je les rencontre moi, ces parents qui sont les premiers à venir à l'école , engueuler un prof qui aurait le malheur de réprimander un élève lorsque ce dernier à fait le mur.
Non mais sans déconner, ce sont ces mêmes parents qui crierons "au scandale" quand leur rejeton se serra fait reversé par une voiture alors qu'il aurait dû être à l'école.

Si vous pensez que c'est la bonne solution, et bien faite, mais je vous garantie que lorsqu'une de mes filles fera une grosse bêtise (il est évident que je ne vais pas non plus leur donner une fessée toute les 30 secondes sinon l'impact serait totalement réduit à néant) je continuerais à donner une fessée.

Ayez un peu de courage messieurs, dame, mes amis lecteurs, dites moi si vous êtes pour ou contre ce type d'éducation.
Mon choix, vous le connaissez.
Ne venez pas vous plaindre que vous n'arrivez plus à gérer vos gosses,  il n'est déjà pas simple d'être parent, alors si en plus on vient vous dire ce qu'il faut faire ou ne pas faire, comment voulez vous être que votre progéniture se forge ne serait ce que son propre caractère.

Voila, amis lecteurs de quoi réfléchir un peu.

Bonne journée à tous
Wide