Music

samedi 27 avril 2013

Affaire Jérome Kerviel ....

Voici une lettre qui circule sur internet , 

A lire... je penses qu'il peut être intéressent de connaitre les avantages fiscaux tel que les plus de 1 milliard d'euro de crédit d'impot auxquel la Société générale a eu le droit, grace à cette "perte" .......

A méditer 




Affaire Jérôme Kerviel : Lettre ouverte pour information à l’intention de Frédéric Oudea, Société Générale, 29 bd Haussmann, 75009, Paris.
J’entends, depuis des décennies, des Présidents qui fanfaronnent en visant « le fléau du monde de la finance ».
Leurs mots n’effleurant jamais les maux doivent vraiment vous amuser.

Par l’affaire Jérôme Kerviel, je constate que la vérité ne pèse peut-être pas lourd lorsqu’elle affronte « l’Ordre », dans lequel vous êtes confortablement assis.
Etait-il pensable que la Justice condamne « un partenaire des puissants », la Société Générale, en l’exposant à un séisme sur la scène internationale ?

En référence de l’arrêt censé exprimer « la vérité » sur la condamnation de votre « trader junior », sur le fond, il ne vous blâme que davantage.
Vous pouvez invoquer quelle indélicatesse que ce soit, il n’en reste pas moins vrai que votre château fortifié est d’une vulnérabilité aussi déconcertante que coupable. Comment comprendre que presque 5 milliards d’euros puissent s’évaporer ainsi ? Vos filtres et contrôles ne sont responsables de rien ? Votre posture est gravissime au point d’alerter vos épargnants.
Ce fameux « arrêt Bible » qui m’a été adressé par l’un de vos très proches, par mail, le 5/11/2012 à 14 h 41 de 1.5 Mo ressemble, à mon avis, à un brouet bien tricoté, parfaitement illisible. En réalité, il ne m’a convaincu que d’une seule chose : un gros lézard est peut-être caché entre ses lignes.
L’intervention de votre proche ressemblait à un sermon d’intimidation à peine voilé. En clair, si je n’adhérais pas « à votre noble cause », je n’étais qu’un benêt. Mais lorsqu’il m’a dit au téléphone qu’il « se foutait » que Jérôme Kerviel entre en prison, cela m’a comme vrillé du côté de mes testicules.
En plus, je ne fonctionne pas au trouillomètre et je ne sais pas me prosterner.

Même si vous êtes parvenu, au point d’en être fier selon ce que j’en sais, à faire grimper votre employé sur l’échafaud social, l’inhumanité est gravée dans votre camp, durablement. Allez jeter un œil sur les réseaux sociaux, « nous partîmes 500 mais par un prompt renfort, nous nous vîmes des dizaines de milliers sans être encore parvenus au port ». Cela ressemble, à s’y méprendre, à une plaie qui s’envenime.

Ce que vous perdez de vue, vous, le molosse, c’est qu’en dehors de votre terrain, vous pêchez par certitude, mépris et par l’orgueil du puissant.
Contre mes amis, contre moi, vous ne pouvez rien, même pas tenter de nous pousser au suicide. Jérôme Kerviel y a résisté et reste combatif, je l’ai récemment rencontré et je peux vous dire qu’il ne baissera pas son pantalon.
C’est vrai qu’il bénéficie déjà, heureusement, de soutiens extraordinaires alors que d’autres s’annoncent.
Notre terrain sera cadré « ailleurs » et pour nous y rejoindre, vous allez avoir du boulot car le vôtre, en profondeur humaine, est en friche.
Les plus démunis trinquent toujours afin que vous puissez boire à n’en plus pouvoir. Une réalité socialement établie et dénoncée qui ne vous ébranle pas.

A moins que mes yeux ne me trahissent, je n’ai pas vu une preuve irréfutable dans ce dit arrêt, une expertise par exemple, qui prouve votre trou de 4,9 milliards, soit-disant imputable à Jérôme Kerviel.
Votre parole serait-elle d’or ?

Je sais que votre « junior » vous poursuit pour « escroquerie au jugement », car vous auriez bénéficié selon lui de 1,7 milliards en crédit d’impôts au montant de votre perte déclarée, non déduits de vos prétentions judiciaires, ce qui nous conduirait vers un autre registre…
J’ai de bonnes raisons de penser qu’il va encore se ramasser une gamelle. Comment impliquer le molosse et l’Etat qui seraient, si le fait était avéré, coupables d’avoir dilapidé les deniers du contribuable ?
Dans le cadre d’une douce rêverie et sans écorner « la présomption d’innocence », je souhaiterais personnellement que cela se termine par votre mise en demeure de remboursement immédiat.
A l’heure où l’on nous ponctionne tous à mort, y compris nos retraités, pour grappiller quelques millions, l’aubaine ! A vous seul vous combleriez quelques déficits, pas les nôtres, mais qui nous écrasent.
Mais qu’en savez-vous, de cette misère qui doit se démerder à survivre trois mois avec ce que vous pouvez dépenser en rigolant, rien qu’à votre petit déjeuner ?

Je sais que d’autres procédures sont ou seront intentées par maître David Koubbi. Nous les soutiendrons.
Mais pour savoir que le terrain est un véritable champ de mines, nous prendrons nos chemins de traverses.
Ceux où l’on parle le langage de l’Homme qui en appelle aux Hommes qui, comme nous, sont intimement convaincus que Jérôme Kerviel est victime de votre système, pas coupable.

Je voulais seulement que vous sachiez que la bagarre n'est pas finie et que, peut-être, elle ne fait que commencer.

Bien sincèrement.

Roland Agret
Président Action Justice.